Dans son roman L’argent paru en 1891, Emile Zola définit l’arbitrage par « des opérations spéculatives consistant à acheter des valeurs sur une place et à les revendre sur d’autres places où leur cours est plus élevé ». Arbitrer consiste, de façon simultanée (ou presque), à acheter là où une valeur est la moins chère pour la revendre là où elle est la plus chère, afin de réaliser un profit (profit d’arbitrage). Pour une définition plus générale de l'arbitrage, voir le glossaire du site.


Zola mentionne des opérations d’arbitrage à la Bourse de Paris où certaines valeurs étaient cotées à deux endroits : à la coulisse et à la corbeille (voir les photos ci-dessous). Ces deux endroits distants de quelques mètres pouvaient présenter des écarts de prix temporaires donnant lieu à des opportunités d’arbitrage.


Noter que suite à l’informatisation des transactions à la fin du XXe siècle, il n’y a plus de marché physique à la Bourse de Paris dans la coulisse et autour de la corbeille qui n’a été conservée qu’à titre historique.




Pour vous familiariser avec la Bourse, vous pouvez utiliser l'outil de simulation de trading SimTrade. L'objectif de SimTrade est pédagogique : comprendre le fonctionnement de la Bourse et apprendre à intervenir sur le marché.